To Baghdeda : La libération

En juin 2014, durant la Seconde guerre civile irakienne, Mossoul tombe aux mains des djihadistes de l’État islamique. Quelques semaines plus tard à 32 kilomètres, Qaraqosh la ville chrétienne subira le même sort. En une nuit, ses 50 000 habitants fuient alors la ville pour se réfugier à Erbil, la capitale du Kurdistan Irakien. Durant plus de 2 ans, la ville désertée deviendra une base de l’EI qui s’en servira comme entrepôt, usine d’armes et centre d’entraînement. De nombreux tunnels serpentent la ville. Certains allant jusqu’à rallier Mossoul sur 27 kilomètres. Les maisons sont pillées, souvent brûlées de l’intérieur. Les églises sont dévastées, les symboles chrétiens brisés mais laissés en exposition. En tout, 62% des maisons seront partiellement détruites et 36% seront incendiées. Parmi les chrétiens, la lutte s’organise sous les ordres du général Benham, ancien gradé de l’armée irakienne, prenant la forme d’une milice chrétienne prête à libérer sa ville quand la bataille débutera. Plus de 300 hommes prennent les armes pour reconquérir leurs maisons et leurs églises. Certains sont étudiants, boulangers ou poètes, d’autres viennent de l’armée mais ne s’y sentaient plus à leur place en tant que chrétiens. Le Ninive Plain Protection Unit (NPU) trouve de l’aide auprès des américains qui leur fournissent des kalachnikovs, PKC et quelques semaines d’entraînement.